Salertchansons
chansons à la recherche d'interprètes, textes à la recherche de musiques

Thèmes

alimentaire amour anarchie arbre argent background belle bonne botanique botanique poésie cadeau chanson

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Chansons d'amour à la recherche d'interprète (56)
· Chansons d'humeur à la recherche d'interprète (70)
· Chansons d'humour à la recherche d'interprète (47)
· Compos Accordéon: Cosette, Jimmy & Léo (24)
· Gérard SALERT Bienvenue (4)
· Jean-Jacques ZINDO (8)
· Serge Vachon (24)
· Solenna (20)
· Texte d'amour à la recherche de musique (9)
· Texte d'humeur à la recherche de musique (20)
· Texte d'humour à la recherche de musique (13)
· Textes et chansons sur la botanique (43)

Rechercher
Derniers commentaires

merci patrick pour cette info que j'ignorais. c'est vrai que je ne suis pas trop féru dans ce domaine pour ne
Par salertchansons, le 17.10.2014

il y a encore une quinzaine d'années, jean-marie, une de ces vendeuses ambulantes passaient dans les rues de m
Par salertchansons, le 17.10.2014

il ne me surprend pas jean-pierre que ce texte te conduise près des fourneaux de ta cuisines: gourmet comme tu
Par salertchansons, le 17.10.2014

le petit gris c'est aussi comme cela que l'on nomme une race d'extraterrest re dans les milieu ufologique ....
Par moltaldocompo, le 14.10.2014

ça me rappelle les temps anciens, où l'on entendait cha nter dans les rues marseille : "a l'ail ils sont,
Par leschansonsdejm, le 14.10.2014

Voir plus

Articles les plus lus

· Le long des quais du canal Saint-Martin
· Le poète
· Tu es comme une fée
· Che Guevara
· Amour électrique

· ma douce et tendre
· Je te dois
· Je suis comme un bateau
· Je pense à toi
· Soleil sanglant
· La mer et la fille
· Fraternité
· A tes côtés
· Tableau surréaliste
· La Seine à Paris

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· Jean-Pierre LOMBARD
· Patrick MOLTALDO
· PATRICIA D
· Jean-Marie DJIBEDJIAN
· Zérosono
· Jean-Louis Noël
· JM Djibedjian
· Ninon
· Julian RENAN
· SOLENNA

Voir plus


Statistiques

Date de création : 16.11.2007
Dernière mise à jour : 13.10.2014
339articles


Bienvenue

Publié le 08/08/2011 à 13:52 par salertchansons Tags : accueil bienvenue
Bienvenue

Nourri par les chansons de Georges Brassens, Léo Ferré, Jean Ferrat, Maurice Fanon, Henri Tachan .... je me suis tourné trés jeune vers le domaine de l'écriture jusqu'à commettre quelques livrets et recueils dont un consacré à des balades à travers la ville de Marseille où je réside aprés plus de trente ans passés dans la capitale.
D'autres plus intimistes ou plus goguenards tels ces livrets sur les métiers, la botanique ou les sports l'ont accompagné.
A partir de 2000, mon écriture a revêtu la forme classique de la chanson pour vous emmener aux confins de l'univers amoureux de Louis Aragon, des contrées de l'absurde chères à Raymond Devos ou encore de la truculence propre à Pierre Perret.
J'espère que le fil de votre écoute ou celui de votre lecture vous procurera suffisamment de plaisir pour faire connaître ce blog autour de vous et pourquoi pas vous donnera l'envie d'habiller quelques textes de cette si belle parure que constitue la musique afin de les faire sortir de leur rayon et de les entendre s'envoler de vos lèvres tels de légers papillons.
Si vous désirez écouter un extrait de la chanson, il vous suffit de cliquer deux fois sur la flèche verte du bandeau situé sous le texte. Pour arrêter le son, cliquez sur le carré.
Pardonnez les voix amateurs comme la mienne qui sont la cause évidente de cette recherche d'interprète. J'espère qu'elles n'arrêteront pas votre écoute mais vous inciteront à désirer inclure ces chansons dans votre répertoire.
En vous souhaitant un bien agréable moment en ma compagnie, veuillez trouver ci-dessous le contenu des chansons ou textes de chacune des rubriques dans leur ordre si tant est que vous cherchiez un titre en particulier. Attention chaque page d'une rubrique contient dix textes. Si vous désirez lire ou écouter le onzième ou vingt et unième, n'oubliez donc pas de cliquer sur la page suivante en bas de page.

Chansons d'amour à la recherche d'interprète:
56 Tu es comme une fée; 55 Rencontre sur le Thar; 54 Marine; 53 Je t'attendais; 52 J'ai vécu; 51 Je t'invite; 50 L'âme en peine; 49 Sous la couette; 48 Je te dois; 47 La belle au lit dormant; 46 Les amies de nos amis; 45 Ton oeil vigilant; 44 Dame souris; 43 Label de l'amour; 42 A quoi bon; 41 La belle aux Baux; 40 Tout ce qui peut...; 39 Ma vahiné; 38 Ta bouche; 37 Ma douce belle, chére et tendre; 36 Je pense à toi; 35 Il est mon mâle; 34 Le long des quais du canal Saint-Martin; 33 Conversion; 32 Ma guerre de 30 ans; 31 J'ai arrêté ma montre; 30 Ma musicienne; 29 Ton nid; 28 Douce heure 27 Mais sais-tu donc; 26 En effeuillant la marguerite; 25 Pour se passer de vous; 24 Minous et minettes; 23 Place des Vosges; 22 Exorcisation; 21 Ton oeil vigilant (version féminine);20 Sur une valse triste; 19 A tes côtés; 18 Diane chasseresse; 17 Près de toi; 16 Amis, du whisky; 15 Viens donc me chercher; 14 Les femmes; 13 Je suis un peu comme un bateau...; 12 Je nous vois encore; 11 Mon coeur, mon coeur...; 10 Amour d'automne; 9 Au RdV de mes souvenirs; 8 J'ai rêvé d'être nain; 7 La langue française; 6 J'ai l'âme;  5 Corbeille de fruits; 4 Maman; 3 L'absence; 2 Mes héros; 1 Mamy.

Chansons d'humeur à la recherche d'interprète:
70 Les Etats-Unis d'Amérique; 69 La Seine à Paris; 68 Le vieux port et N-D de la Garde; 67 Le blues du vigneron; 66 La Commune libre de Paris; 65 La Provence; 64 Je n'ai rien fait.... 63 Le berger;  62 Un pas de plus; 61 L'Avent de Noël; 60 Montmartre; 59 La corniche et les calanques de Marseille; 58 Messieurs les politiques; 57 Lorsque le poème se lève; 56 Le gondolier; 55 L'énarque; 54 Pas de mariage; 53 Je vois la mer; 52 La vie de marin; 51 En rentrant dans ce monde; 50 Tibétains; 49 Les mille et une nuits; 48 Fraternité; 47 Sophie est belle; 46 Suis-je fou?; 45 C'est l'heure; 44 Peuple de Russie; 43 Que sommes-nous?; 42 La rue Saint-Denis; 41 La soixantaine; 40 Le quartier du Marais; 39 La mémoire des galets; 38 Spiritisme; 37 Babel-ville City; 36 La mort des crémaillères; 35 Post-scriptum; 34 Tibétain; 33 La gardienne d'immeuble;  32 A découvert; 31 La fuite des jours; 30 Les magiciens; 29 Les acrobates; 28 A la lune; 27 Les clowns; 26 Les enfants de la balle; 25 J'ai fui la misère et la haine; 24 Le taxi; 23 Les dompteurs; 22  Merci la vie; 21 Marseille et le voyage; 20 Le producteur de cinéma; 19 La bête de scène; 18 Le blues des petits rats; 17 Martin Luther King; 16 Jean Magouille; 15 Vingt ans; 14 T'es mal barré; 13 Le monde va; 12 Le temps distend... ; 11 Sens dessus-dessous; 10 Si tu savais; 9 Réussir son existence;  8 Les flics; 7 Chanson de l'orphelin; 6 Le prix du coeur; 5 Ya t'il plus beau trésor que la vie? 4 Le blues de l'hôte de caisse; 3 Matin de printemps; 2 L'hiver; 1 La blanche neige.

Chansons d'humour à la recherche d'interprète: 47 La fille d'Eiffel; 46 La miss Tral; 45 La belle Margaux; 44 Le blues du routier; 43 Mon petit jaune; 42 La fille de l'air; 41 La veuve et son clerc; 40 Le tandem de l'amour; 39 Buvez, trinquez...; 38 Petit poisson; 37 Le médecin légiste; 36 Le mécano; 35 Rien jamais n'est irréel; 34 Le marchand de couleurs; 33 La ronde des prénoms; 32 Tirez la chevillette; 31 Les 400 coups ; 30 Ma gitane; 29 Le toréador; 28 Ma magicienne; 27 L'armurière; 26 Ne jetez pas trop loin le bouchon; 25 Le petit; 24 Le P.D.G; 23 Le contrôleur des impôts ; 22 Les cheminots; 21 Les boutons; 20 L'horloger; 19 Le nombril; 18 Les parlers de la nuit; 17 La secrétaire; 16 La guitare; 15 La balade du montagnard;  14 Les maux d'amour; 13 Le tube de l'artiste peintre; 12 Le matheux et la géo; 11Complainte orchestrale; 10Complainte du charcutier; 9Ma doctoresse; 8Complainte du boulanger; 7L'art culinaire; 6 Ya des souris; 5 A dada sur Danielle; 4 Amour électrique; 3 Le garde forestier; 2 Le pharmacien; 1 C'est sal-ça

 

Jean-Jacques ZINDO: 8 Che Guevara ; 7 Soleil sanglant; 6 On n'est pas des bêtes; 5 Vincent; 4 La mer et la fille; 3 La poésie; 2 Si l'amour; 1 Le bas Limousin.

 

Serge VACHON: 24Les murs et les ponts; 23A la fête foraine; 22La rue Sainte-Catherine; 21La chasse aux éléphants; 20 Quand l'amour est là; 19 L'amour surpasse tout; 18 Savez-vous? 17 Sais-je ce qu'est l'amour?; 16 Le livre de la vie; 15 Le poète; 14 Au bord du trou; 13 Un centime de sentiment; 12 A l'automne de l'existence; 11 Elle a du chien; 10 La valse du patron de bistrot; 9 La ronde du globe-trotter; 8 La complainte de la couturière; 7 La vie ressemble; 6 La tête dans.. ;5 Complainte d'un vieux moulin; 4Les arbres de mon jardin; 3Le culte des plantes;2 Mon jardin;1 Tel un maître d'oeuvre, le temps...

SOLENNA: 20 Coquelicot; 19 Le démon du jeu; 18 Les Buttes-Chaumont; 17 Solenna; 16 La ronde du moustique; 15  La samba des chats; 14 Le roi des éléments; 13 Le cheval c'est mon dada; 12 Les arbres de mon jardin; 11 La parade techno; 10 Le chant  du grillon; 09 La complainte d'un pigeon; 08  Ça va commencer; 07 Le tablier de grand mère; 06 Nous quitter; 05 Je n' veux pas; 04 Un coquillage; 03 Doudouce; 02 Père autoritaire; 01 Les arbres de mon jardin (lyrique)

 

Textes slamés sur la botanique: 

43 La lavande; 42 Le muguet; 41 Les citrons de Menton; 40 Le mimosa; 39 Coquelicot chanté ; 38 Le Don Juan des figues; 37 La glycine chantée; 36 Tableaux de printemps chanté; 35 Le platane chanté; 34 Les pommes; 33 Le châtaignier (version chantée); 32 Tableaux de printemps; 31 Le coquelicot; 30 Les cactus; 29 La rose trémière; 28 Les albizias; 27 La glycine; 26 Le cocotier; 25 Le figuier; 24 Le mimosa; 23 Le cyprès; 22 La bignone; 21 Le peuplier; 20 Le tilleul; 19 Le mûrier; 18 Les pins; 17 Le marronnier; 16 Le robinier; 15 Les platanes; 14 Les chênes; 13 Le saule; 12 Le châtaignier; 11 Le bouleau; 10 L'érable; 9 L'olivier; 8 Le hêtre; 7 L'acacia; 6 Le fromager d'Angkhor; 5 Le baobab; 4 Le banian; 3 Le palmier; 2 Les champignons; 1 Les pistoles de Brignoles.

 

Compos Accordéon: Cosette, Jimmy & Léo

24 Le joueur d'accordéon; 23 Les mots;  22 Le paysan; 21 Les éboueurs; 20 Le chausseur ; 19 Les gars du bâtiment ; 18 L'amour aveugle ; 17 Le petit lutin; 16 Il me plait;  15 Les chauve-souris ; 14 Aladin;  13 Le petit bout de chair; 12 Le cambrioleur; 11 Le joueur de tarot; 10 Avec ton handicap; 9 L'oiseleur; 8 Les bouchers; 7 Les verts;  6 Le défilé de mode; 5 Les  tours; 4 L'épicier; 3 A la musique; 2 Les rouges; 1 Le meunier.

 

Textes d'amour à la recherche de musique:

9 Mon amazone; 8 Les fruits de la passion; 7 Aux fuseaux de tes jambes; 6 Ta main; 5 Aprés le P; 4 La douce pente; 3 Le chercheur d'or; 2 Dans chaque fibre... 1 Seul ce soir et mélancolique...


Textes d'humeur à la recherche de musique:

20 La crise est là; 19 Les larmes; 18 Les maîtres savonniers de Marseille; 17 Couvre-toi; 16 Embauche; 15 Le bas Belleville; 14 Les trois dernières; 13 Attendre; 12 Le joueur d'échec; 11 Le commissaire priseur; 10 Tableau surréaliste; 9 Les cartes; 8 Jour de foire; 7 Le lit;  6 Les politiciennes;5 La nuit; 4 Le serrurier; 3 De rencontres en liaisons; 2 Quand chaque jour qui va...; 1 Le sculpteur

Textes d'humour à la recherche de musique:

13 Le petit gris; 12 Ma partie de foot; 11 Le père Noël est bon vivant; 10 Ma conchylicultrice; 9 Le fossoyeur; 8 Le compromis; 7 Le coiffeur; 6 Le dermatologue; 5Le rap du fromager; 4 La contrée; 3 Le chapelier; 2 Les camionneurs;  1 Le pyromane

 

 

 



Les Etats-Unis d'Amérique

Publié le 07/08/2010 à 21:22 par salertchansons Tags : voyage hommage tourisme littérature américaine
Les Etats-Unis d'Amérique

 

 

 

 
 
        Fort Alamo ou Rio Bravo,
        Les apaches, les navajos
        De cette conquête de l'Ouest,
        Seuls les grands espaces nous restent.
        Du grand Canyon au lac salé,
        Des 'Death' et 'Monument walley',
        La nature est toujours grandiose
        Pour s'offrir en apothéose
    C'est un bien beau pays Que les Etats-Unis
    Qui recèl'nt des merveilles  A nulle autre pareille.
 
        Dans les Rocheuses, avec London
        Suivons les trappeurs, chercheurs d'or
         Jusqu'aux geysers de Yellowstone
        Et leurs bassins multicolores.
        Non loin de là, juste à Cody
        Rôde l'ombre de Buffalo 
        Et des bisons encore en vie
        Particip'nt à des rodéos
    C'est un bien beau pays Que les Etats-Unis
    Qui recèl'nt des merveilles  A nulle autre pareille.
 
        L' Mississipi a bien coulé
        Pour que Mark Twain soit oublié
        Comm' les Natchez d' Chateaubriand
        Quand s' fondait la New Orléans.
        L' tramway du désir désormais
        Port' le jazz au 'Carré français'
        Et seuls sur ces terr's de Louisiane
        Les bayous n'ont pas changé d'âme.
    C'est un bien beau pays Que les Etats-Unis
    Qui recèl'nt des merveilles  A nulle autre pareille.
 
        Les vents peuvent tout emporter,
        La Géorgie n'a pas changé
        Et le blues mieux que le coton 
        Reste implanté dans la région.
        Les Everglades en Floride
        Croupiss'nt sous la chaleur torride
        Et l'on r'trouve au travers des Keys
        La mémoir' d'Ernest Hémingway.
    C'est un bien beau pays Que les Etats-Unis
    Qui recèl'nt des merveilles  A nulle autre pareille.
 
        Vers les grands lacs, les mohicans
        Comm' l'oncle Tom s'en sont allés 
        Mais ils sont là toujours présent 
         A Niagara, au lac Erié;
        Il ya encore les mégapoles:
        Boston, New-York ou Washington
        San Francisco, Los Angelès
        Qu'on voit sur nos écrans sans cesse.
    C'est un bien beau pays Que les Etats-Unis
    Qui recèl'nt des merveilles  A nulle autre pareille.
 
 
 

 Musique et chant de Jean-Marie DJIBEDJIAN

http://leschansonsdejm.centerblog.net

 

La Seine à Paris

Publié le 07/08/2010 à 21:21 par salertchansons Tags : fleuve rivière ville tourisme Paris
La Seine à Paris

Roulant mille et mille tonneaux

Qu'elle apporte avec ses bateaux,
Elle arrive grise à Bercy
De l'Aube et de l'Oise grossie.
Un peu vaseuse, elle s'est creusée
Au bonheur des tanches un lit
Pour désormais se la couler
Douce près de l'îl' Saint Louis.
La Seine est bien comme une femme
Lascive, ell' serpente et sinue
Et comme nous tous ell' s'enflamme
Si l'on perd les sens et pollue.
Elle a rencart quai de l'horloge
Avec l'île de la cité
Qu'à leurs toil's les peintres s'arrogent
A coups de couteaux bien tirés.
Sainte-Gen'vièv', pont des tournelles,
Bienveillant', surveille la scène
Et prenant bien garde à ces lignes
Ses eaux ne perd'nt jamais leur fil.
La Seine est bien comme une femme
Pour attirer bien des pêcheurs:
Ouvrant ses bras à Notre-Dame
Elle embarque les amateurs.
Les monuments sur son passage
Lui font comme une haie d'honneur
Et donnant aux flots leur image
Paris entre en Seine, quais des fleurs
La Concierg'rie, le Chatelet
Le Louvre, le musée dOrsay
Accompagnent son cours d'histoires
Qu' les bouquinist's ont en mémoire.
La Seine est bien comme une femme
Pour colporter bien des rumeurs
Mais élégante, ell' se pavane
A faire chavirer les cœurs.
A ses berg's, on mouill' de plaisance
Quand chaloupée, ell' se balance
Et s'enlace aux jambes des ponts
Qui jouent comme à saute mouton.
Elle a des courbes si gracieuses
Qu'on se la boucl' juste à les voir
Et chaque nuit ensorceleuse
Les lumières dans'nt en ses miroirs
La Seine est bien comme une femme
Et sa rivière est de diamants
Le chant de ses sirènes charme
A noyer jusqu'au vert galant.
La Seine se fait toute belle
Des Invalid's au Grand Palais
Avant de voir la tour Eiffel
Grandir au champ de Mars tout près.
Un peu plus loin à Bir-Hakeim
Ell' prend des airs de liberté
Mais parvenue quai Citroën
A Passy, elle est dépassée
La Seine est bien comme une femme
Dont le lit attir' les amants:
Combien donc ont perdu leur âme
A se jeter dans son courant.
La Seine, on l'aim' surtout l'été
Quand ses quais se transform'nt en plage
Et qu'en maillot de bain moulé
On fait bronzette à son rivage.
Ne jetez pas sur elle un froid
Pour qu'elle devienne de glace
Et faîtes tout ce qu'il se doit
Afin de rester dans ses grâces
Car la Seine est bien une femme
Qui s'engrosse aux crues du printemps
Et l'on peut s'appeler Paname

A ses scèn's, on est impuissant!

Mis en musique par Jean-Mrie DJIBEDJIAN

http://lameretlamour.centerblog.net

Le blues du vigneron

Publié le 07/08/2010 à 21:20 par salertchansons Tags : musik
Le blues du vigneron

On ne me lâche plus la grappe

Dès que l'on traite les "mil-dioux"

Et béni de quelques sulfates,

On est à mes pieds à genoux.

On me présente tant de seaux

Que j'en ai vite plus qu'un grain

Et mur et doré tout comme il faut

On ne me coupe pas en vain

   Et mûr et doré comme il faut

   On ne me coupe pas en vain

   Mais tel mon maître vigneron

   Ne poussez pas trop le bouchon!


Très prude, je rougis dès lors

Qu'on m'effeuille au temps des vendanges

Et mes vertus que l'on adore

Dans bien des "cor-nues" se mélangent.

Beaucoup me prédise devin

Une robe à donner le change

Mais il me faut cuver sans fin

Pour espérer quelques louanges

   Mais il me faut cuver sans fin

   Pour espérer quelques louanges

   Et tel mon maître vigneron

   Je travaille à ma mutation.


A prendre son pied, l'on me foule

Et trop pressé, je deviens mou:

Je suis bien sûr ainsi très "cool"

Pour faire des marcs après coup.

On me traite souvent de cave

Pour que je bouille même cru

Et pour que je ne me déprave

Je reste de bois comme un fût.

   Et pour que je ne me déprave

   Je reste de bois comme un fût:

   Lors tel mon maître vigneron

   Je n'aime pas trop les pochons.


Il n'est pas question de cépage

Lorsque l'on est millésimé

Et c'est toujours bien jeune d'âge

Qu'aux foires, je suis médaillé.

Quand je sais vieillir à merveille,

Je prends du corps et du bouquet

Et comme j'ai de la bouteille,

On me chambre au sortir des chais.

   Et comme j'ai de la bouteille,

   On me chambre au sortir des chais:

   Lors tel mon maître vigneron,

   Je me mets aux verres sans façon.


Quand j'ai la cote comme il faut,

Mon étiquette est très en vogue

J'occupe alors de beaux chateaux

Et le palais des oenologues.

Je sais bien me tenir à table

Où je trône comme un vrai roi

Car tous les sommeliers affables

M'octroient une place de choix,

   Car tous les sommeliers affables

   M'octroient une place de choix!

   Lors tel mon maître vigneron

   On entonne quelques canons


Mis enmusique et interprété par Patrick MOLTALDO

http://moltaldocompo.centerblog.net 

Arrangement de Julian Renan

 

 

Le vieux port et Notre Dame de la Garde

Publié le 07/08/2010 à 21:20 par salertchansons Tags : marseille
Le vieux port et Notre Dame de la Garde

 

Les baies de Naples, de Bombay

Le front de mer de La Havane

Ne vous feront aucun effet

Quand vous aurez vu Notre Dame.

C'est là-haut que la Bonne Mère

Nous garde tous dans sa bonté

Et chacune de nos prières

Avec un cierge est exaucée.

Les îles du Frioul, le port,

La ville entière, la Major

Sont à ses pieds. Même l'Etoile

Brille au décor de cette toile.


Les gens vont bien par des pays

Pour découvrir monts et merveilles

Mais savent-ils que près d'ici

Dans son écrin niche Marseille.


Pour avoir une idée du beau

Il faut aller jusqu'au Pharo

Qui surplombe l'entrée du port

Avec l'abbaye Saint-Victor.

Les forts Saint-Jean, Saint-Nicolas

N'ont plus à menacer la ville

Pour apporter avec éclat

Leur allure, un cachet, du style.

La Vieille Charité fait fi

De l'Hôtel Dieu qui nous guérit:

L'art de partout veut prendre place

Et Saint-Laurent même rend grâce.


Les gens vont par bien des pays

Pour découvrir monts et merveilles

Mais savent-ils que près d'ici

Dans son écrin niche Marseille.


On connait tous la Canebière

S'embouchant comme un fleuve en mer

Et l'église des Réformés

Se distingue à ses fins clochers.

Le ferry-boat a bien du mal

A naviguer parmi les voiles

Et dans le cliquetis des mats,

La Criée donne de la voix.

Après les Carmes, Saint-Lazare

Renaît encore avec la gare

Et Saint-Charles fier est perché

Sur son magnifique escalier.


Les gens vont par bien des pays

Pour découvrir monts et merveilles

Mais savent-ils que près d'ici

Dans son écrin niche Marseille......



Mis en musique par Patrick MOLTALDO

http://moltaldocompo.centerblog.net


Interprété par Patrick MOLTALDO


La Commune libre de Paris

Publié le 07/08/2010 à 21:19 par salertchansons Tags : commune fond enfants musique vie
La Commune libre de Paris
Depuis ces temps immémoriaux
Où les moulins battaient de l'aile
Bien pauvre était le populo
Mais fier aussi et fraternel.
C'est vrai que du haut de la butte
Le fond du trou semble plus noir
Pour que Montmartre se rebute
A ces injustices notoires.
 
Lorsqu'on habite sur la butte
Le ton monte et puis la colère
Et de suite prompte à la lutte
La révolte est bien dans les airs.
 
Unis dans la cause "Commune"
Les ouvriers sont fédérés
C'est Eugèn' Vallin à la une
Avec Théodore Ferré;
Les femm's à leurs côtés se pressent
Avec Lemel et Louis' Michel
Qui donnent leurs lettr's de noblesse
 A l'anarchie et tout leur zèle.
 
Lorsqu'on habite sur la butte
Le ton monte et puis la colère
Et de suite prompte à la lutte
La révolte est bien dans les airs.
 
Montmartre alors se fout du Thiers
Comme du quart qui l'importune
Ell' se déclar' libre et en guerre
La poudre à ses canons s'allume.
Un contre dix, un contre cent,
Il y a les femm's et les enfants
Qui sont aussi aux barricades
Pour affronter les escouades.
 
Quelques pavés contre les balles
Un couteau pour la baïonnette:
On se défend tant bien que mal
Et malgré les pertes,on s'entête. 
Ils ont résisté très longtemps
Offrant leur vie, donnant leur sang
Préférant mourir en héros
Plutôt que de courber le dos.
 
Lorsqu'on habite sur la butte
Le ton monte et puis la colère
Et de suite prompte à la lutte
La révolte est bien dans les airs.
 
Au père Lachaise acculés
On voit combattre les derniers
Pour que sans bandeau ni procès
Ils soient fusillés par l'armée.
L'esprit vengeur, la République
Eleva une basilique
Mais en l'appelant "Sacré cœur"
Aux camarad's, ell' fait honneur 
 
Lorsqu'on habite sur la butte
LaCommune libre encore vit
Il n'est qu'à prendre une minute

Dans quelques bars après minuit.

 

Mis en musique par Jean-Marie DJIBEDJIAN

http://lameretlamour.centerblog.net

La Provence

Publié le 07/08/2010 à 21:18 par salertchansons Tags : provence
La Provence

 

Le travail est si dur au soleil écrasant

Que l'on connait le prix d'une place ombragée:

Quand tout aux alentours porte au délassement

La sieste est bienvenue pour être bien prisée.

Pour goûter au bonheur, pas besoin de confort.

Un cabanon suffit aux abords de la ville:

Portes et volets clos, on vit souvent dehors

Libre et indépendant, sans contrainte ni style.


On est dans un pays que les Dieux ont béni,

Un coin de paradis où vivre est une chance:

Sous des cieux bien cléments, presque ignorée des pluies,

Près de la grande Bleue, repose la Provence.


Le soleil est bien chaud et ses rayons de plomb

Du matin jusqu'au soir font tourner bien des têtes

Et pour se prémunir de toute insolation,

Il faut, c'est sûr, bien plus qu'une simple casquette.

Le vent règne en grand maître à balayer les cieux

Et quand le mistral souffle attisant bien des flammes,

Les lavandes se plient, les pins craignent le feu

Et les moutons en mer bêlent à fendre l'âme.


On est dans un pays que les Dieux ont béni,

Un coin de paradis où vivre est une chance:

Sous des cieux bien cléments, presque ignorée des pluies,

Près de la Grande Bleue repose la Provence.


On est dans un pays que les Dieux ont béni,

Un coin de paradis où vivre est une chance,

Où l'on chante en parlant et pleure d'avoir ri,

Où le sérieux se prend dans les choses futiles.

C'est au comptoir d'un bar, un pastis à la main

Qu'on galèje amusé de sa propre faconde;

Une blague à la bouche avec deux, trois copains,

On se plait à parler, à refaire le monde.


On est dans un pays que les Dieux ont béni,

Un coin de paradis où vivre est une chance;

Sous des cieux bien cléments, presque ignorée des pluies,

Près de la Grande Bleue, repose la Provence.


Au boulodrome, on sait se tenir à carreau,

Les tables de cartes à tous les coeurs sont chères:

C'est partout la contrée, le rami, le tarot,

Le bridge, le poker, la manille aux enchères.

Les hommes jouent à tout et vont au casino

Comme de grands enfants qui seraient de sortie.

La roulette tournoie ou la roue du loto

Et sur les numéros, l'on mise et l'on parie.


On est dans un pays que les Dieux ont béni,

Un coin de paradis où vivre est une chance:

Sous des cieux bien cléments, presqu'ignorée des pluies,

Près de la Grande Bleue, repose la Provence.


Mien en musique par Patrick MOLTALDO

http://moltaldocompo.centerblog.net

 

 

 

 

 

 

 

Je n'ai rien fait

Publié le 07/08/2010 à 21:17 par salertchansons Tags : Bernard Dimey
Je n'ai rien fait

                            A Bernard Dimey

 

Je ne suis pas un descendant

Des titans aux travaux d' géant
Et pas non plus un fils d'Hercule
Dont les épreuv's firent la une.
Je n' suis pas même un d' ces romains
Qui ont bâti tout un empire:
Je n'ai rien fait de mes deux mains 
Si ce n'est le seul fait d'écrire.
 
Je n'ai fondé qu'un seul ménage
Avec deux fill's à élever:
Corps et âme bien à l'ouvrage,
J'ai travaillé d'arrache pied.
J'ai travaillé forcé, contraint
Bien acharné dans la besogne
Mais je n'ai rien fait de mes mains
Même en payant de ma personne.
 
 
Capitaine veillant aux pièces,
J'ai bien tenu de durs emplois:
A m'escrimer toujours sans cesse,
J'ai travaillé comme un forçat.
Il fallait bien gagner son pain
Pour éduquer les chérubins
Mais qu'ai-je donc fait de mes mains
Si ce n'est que d' être à leurs soins.
J'ai bien été à leur écoute 
Guidant leurs rêv's, ouvrant leurs routes.
Que reste-t'il donc à ce jour
Qu'elles convol'nt à leurs amours?
Ma dam', tu n'as pas l' Saint-Frusquin
Ou le confort de tes consoeurs:
Je n'ai rien fait de mes deux mains
En ne pensant qu'à ton bonheur.
Je n'ai pas fait de pyramide,
De cathédrale ou de palais
Qui soit suffisamment splendide
Pour satisfaire tous tes souhaits.
Je n'ai fait qu'apaiser tes craintes
Sur les dangers des lendemains:
N'émets pas, mon amour, de plainte

Si je n'ai rien fait de mes mains.

 

Musique de Jean-Pierre LOMBARD

http://lecompo.centerblog.net

Le berger

Publié le 07/08/2010 à 21:16 par salertchansons Tags : berger belle automne chiens
Le berger

 

Du printemps jusqu'à l'automne,

Je me mets aux verts paturages

Et loin des villes et des hommes

Je vis alors comme les sages.

Sauf les sonailles de mon troupeau,

Il n'y a rien dès lors qui cloche:

Je peux parler fort et bien haut

Sans que nul ne me le reproche.

Avec l'agneau qui vient de naître

Et que je porte dans mes bras,

Vous pouvez bien me laisser paître

Avec mes bêtes jusqu'aux frimas.

Pour compagnons, j'ai quelques chiens

Précieux, fidèles comme l'ombre,

Je peux compter sur eux si bien

Que sur mes doigts quand ils dénombrent.

Avec les chèvres et les moutons,

Ma vie ne peut être que belle

Et je compose des chansons

Pour les étoiles qui me veillent.


Je suis un peu comme ces pères

Menant leurs brebis près des cieux

Et mon bâton frappant la terre,

Je les conduit calme et sérieux.

Sur les alpages, y a des penchants

Si raid's qu'on ne peut s'y absoudre

Et le bouc au menton naissant,

Les chèvres bêl'nt après leur bougre.

Avec l'agneau qui vient de naître

Et que je porte dans mes bras

Vous pouvez bien me laisser paître

Avec mes bêtes jusqu'aux frimas.

Le pâtre a souvent bien ds taures

Pour être si vache avec moi

Et par un mimétisme encore

Des cornes lui pouss'nt ou des bois.

Il peut bien me faire un fromage

Et me traiter au pis-aller,

Je resterai comme ces sages

Qui se contentent de penser...

Avec l'agneau qui vient de naître

Et que je porte en mes bras....................


Mis en musique  et interprété par Patrick MOLTALDO

http://moltaldocompo.centerblog.net

 

Un pas de plus

Publié le 07/08/2010 à 21:14 par salertchansons Tags : vie musique danse
Un pas de plus

A peine né qu'on veut marcher

A quatre patt's pour commencer

Puis sur deux, d'abord vacillant

On s' met debout comme les grands.

Les premiers pas sont exaltants

Pour nous remplir d'émerveill'ment:

Le pied de d'vant à pein' posé

Qu'il est par l'autre dépassé

Mais pour rester en équilibre

Et s'en aller à son gré libre,

Il nous faut faire un pas de plus,

Ne serait-ce qu'un saut de puce!


La vie n'est fait'  que de mouv'ments

Pour que l'on vibre à chaque instant:

Dans la joie, c'est un pas de danse,

Un pas de deux tout en cadence;

Dans le danger, le pas d'  côté

Pour esquiver est conseillé

Et sans prendr' les jamb's à son cou

On prend le pas sur le dégoût.

Ne nous arrêtons pas longtemps

Si l'on n' veut pas rester en plan

Et faisons donc un pas de plus,

Ne serait-ce qu'un saut de puce!


On se met parfois à courir

Comme dans un'  fuite en avant

Alors qu'il vaut bien mieux tenir

Pour aller toujours droit devant.

La route est longue jusqu'à ce but

Malgré les embûch's qui rebutent

Mais quelle joie quand au final

On a décroché la timbale.

Sans s'endormir sur nos lauriers

Il faut ailleurs prendre son pied

Et pour cela, faire un saut d' plus

Ne serait-ce qu'un saut de puce!


Les Heur's qui filent nos destins

En trac'nt aussi tous les chemins

Et bon gré, mal gré on les suit

Dans les épreuves de la vie.

Personne n'en ressort indemne

Pour s'aider un jour d'une canne

Mais il faut repartir quand même

Avec peine et du vague à l'âme.

Evitons alors le pas d' trop

Pour ne pas faire le grand saut

Car il suffit d'un pas de plus

Pas plus grand que le saut d'un'  puce.


Mis en musique par Jean-Pierre LOMBARD

http://lecompo.centerblog.net


Interprété par Julian RENAN

http://julianrenan.centerblog.net

 

 

 

 

 

 

 


DERNIERS ARTICLES :
Bienvenue
Nourri par les chansons de Georges Brassens, Léo Ferré, Jean Ferrat, Maurice Fanon, Henri Tachan .... je me suis tourné trés jeune vers le domaine de l'écriture jusqu'à c
Les Etats-Unis d'Amérique
                  Fort Alamo ou Rio Bravo,         Les apaches, les navajos         De cette conquête de l'Ouest,         Seuls les grands espaces nous restent.         
La Seine à Paris
Roulant mille et mille tonneaux Qu'elle apporte avec ses bateaux, Elle arrive grise à Bercy De l'Aube et de l'Oise grossie. Un peu vaseuse, elle s'est creusée Au bonhe
Le blues du vigneron
On ne me lâche plus la grappe Dès que l'on traite les "mil-dioux" Et béni de quelques sulfates, On est à mes pieds à genoux. On me présente tant de seaux Que j'en ai vite
Le vieux port et Notre Dame de la Garde
  Les baies de Naples, de Bombay Le front de mer de La Havane Ne vous feront aucun effet Quand vous aurez vu Notre Dame. C'est là-haut que la Bonne Mère Nous garde to
forum